Cette série photographique n'a pas été préméditée. Elle est juste née d'une sensation très forte et envahissante, d'une bizarrerie. La fin de l'été, un samedi après-midi, une fête foraine. J'aurai dû être emportée par l'euphorie, la liesse populaire, les odeurs de Barbapapa, la musique... mais rien de cela. Le vide, personne, juste quelques rares adolescents en recherche de sensations, des adultes égarés, des attractions désertées... quelque chose manquait. Le monde ? La joie ? L'argent ? La crise hantait et donnait à voir une France désenchantée jusque dans les incontournables espaces populaires ; semblable à un Wonderland qui aurait perdu de sa superbe et où on remarquerait la rouille sous la peinture et le carton des couronnes... Cela s'est imposé à moi, envie de raconter cet entre parenthèse, la confusion, le trouble et l'impression de vertige qui m'ont envahie ; cette réalité crue, d'une vacuité infinie, vide. J'étais là, à la frontière d'un territoire plein de promesses fabuleuses et qui ne peut plus les tenir. J'étais le témoin d'une agonie, d'une véritable tragédie.

Les albums

Abonnez-vous à notre newsletter
Chaque semaine, votre boîte mail va en prendre plein la vue.

Détail des commentaires

Soumettre aux concours

Sélectionnez le ou les concours auxquels vous souhaitez inscrire cette photo :

Choisissez votre vote

Vous avez atteint le niveau 20 et pouvez donc choisir de donner une voix, ou deux, à cette photo... et vous pouvez aussi annuler pour ne pas voter, hein.



INFO

INFO

INFO

INFO

Partagez votre victoire

Avant de participer au concours

Merci de remplir cette information :