Cette série où l’on retrouve l’univers de prédilection de Jean-Claude DELALANDE: une vie banale et sombre, marquée par le passage du temps et par la présence de l’autre. L’autre ici étant un fantôme de soi-même, sorte d’alter ego envahissant. Qu’il souffle les bougies d’un anniversaire où esquisse un pas de danse dans son salon, le double de l’artiste ne le lâche pas d’une semelle, l’observe, le scrute, comme un deuxième regard sur une vie parfois un peu vide, un peu morne, un peu vaine. Qui a dit que la solitude, ça n’existait pas ?

Les albums

Abonnez-vous à notre newsletter
Chaque semaine, votre boîte mail va en prendre plein la vue.

Détail des commentaires

Soumettre aux concours

Sélectionnez le ou les concours auxquels vous souhaitez inscrire cette photo :

Choisissez votre vote

Vous avez atteint le niveau 20 et pouvez donc choisir de donner une voix, ou deux, à cette photo... et vous pouvez aussi annuler pour ne pas voter, hein.



INFO

INFO

INFO

INFO

Partagez votre victoire

Avant de participer au concours

Merci de remplir cette information :