Bhopal leur colle à la peau

Elles ont accepté mon idée, que Bhopal leur colle encore un peu plus à la peau : les faire poser dans ces saris imprimés racontant cette nuit de décembre 1984. Elles s’en sont drapé, inlassables combattantes. J’ai photographié la ville, l’intérieur des maisons où la vie continue, les cliniques où l’on tente de réparer ce qui peut l’être, j’ai entendu des cris de colère et des silences résignés.

Les albums

Abonnez-vous à notre newsletter
Chaque semaine, votre boîte mail va en prendre plein la vue.

Détail des commentaires

Soumettre aux concours

Sélectionnez le ou les concours auxquels vous souhaitez inscrire cette photo :

Choisissez votre vote

Vous avez atteint le niveau 20 et pouvez donc choisir de donner une voix, ou deux, à cette photo... et vous pouvez aussi annuler pour ne pas voter, hein.



INFO

INFO

INFO

INFO

Partagez votre victoire

Avant de participer au concours

Merci de remplir cette information :