Je me suis rendue le long des côtes picardes et normandes afin d’amorcer une première phase de production photographique du projet Stigmates. Mon intérêt s’est porté sur le littoral, sur sa végétation, sur ces paysages témoins de nombreuses traces de la Seconde Guerre mondiale. Suite à la lecture du journal de bord manuscrit de mon grand-père paternel, rédigé entre 1939 et 1945, je me suis appropriée certaines parties de son histoire avant qu’il soit fait prisonnier et qu’il connaisse la douloureuse expérience de privation de liberté. Griffonnés, raturés, les mots sont comme cachés, à l’image de ce journal secrètement enfoui au fond d’une armoire pendant des dizaines d’années. Cette atmosphère particulière imprègne chaque photo de la série Stigmates, qui se construit également autour d’associations dans la composition, les couleurs, les idées, et non à travers une succession d’images chronologiques. S’y côtoient ainsi photos d’archives familiales et productions personnelles, volontairement maltraitées ou sous forme d’autoportraits. Vêtue de blanc, une présence humaine apparaît puis disparaît sur l’image suivante, pour laisser place à un décor empli d’une charge mémorielle ou tout simplement méditative. Le blanc suggère le silence, le spectre de l’âme, mais peut aussi faire figure de nouveauté, de renaissance.

Les albums

Abonnez-vous à notre newsletter
Chaque semaine, votre boîte mail va en prendre plein la vue.

Détail des commentaires

Soumettre aux concours

Sélectionnez le ou les concours auxquels vous souhaitez inscrire cette photo :

Choisissez votre vote

Vous avez atteint le niveau 20 et pouvez donc choisir de donner une voix, ou deux, à cette photo... et vous pouvez aussi annuler pour ne pas voter, hein.



INFO

INFO

INFO

INFO

Partagez votre victoire

Avant de participer au concours

Merci de remplir cette information :